28 novembre 2006

Tertulien ( vers 160 - vers 240 )


Ecrivain africain de langue latine, Père de l'Eglise.

I. Sa formation

Quintus Septimus Florens Tertullianus dit Tertullien est né vers 160 à Carthage. Il est issu d'une famille berbère païenne. De sa vie on ne connaît peu de chose. Son père est centurion dans une légion de l'armée romaine, la cohorte proconsulaire mais il meurt très tôt. Tertullien est un excellent élève, il étudie la rhétorique, la jurisprudence, l'histoire, la poésie, les sciences et la philosophie. Il devient avocat et professeur de rhétorique et est promis à une brillante carrière. Il parle et écrit le grec, mais ses écrits en cette langue sont perdus. Il résulte de son propre aveu que, avant sa conversion, il se livrait sans retenue à tous les plaisirs et à tous les désordres que se permettait la jeunesse païenne.

II. Le chrétien

Vers 197-198, il se convertit au christianisme. Il semble qu'il est séduit par l'esprit de sainteté qu'il trouve aux chrétiens, par leur humilité, leur abnégation face aux persécutions et la hauteur de la doctrine évangélique. Sa conversion est soudaine et décisive. Il dit d'ailleurs plus tard : « On ne naît pas chrétien, on le devient ». Adversaire du paganisme et moraliste intransigeant, il est le premier auteur latin à tenter une synthèse entre christianisme et philosophie païenne.
Il épouse une chrétienne mais n'a pas eu d'enfant. Peut-être est-il devenu prêtre. L'année 207 marque un grand tournant dans sa vie avec son adhésion au montanisme. Rompant avec l'Église traditionnelle, ses positions deviennent plus rigoristes. Paradoxalement, il combat avec encore plus d'acharnement les hérésies gnostiques qui minent la chrétienté au IIIe siècle et devient même le professeur de Cyprien de Carthage. Il meurt à Carthage vers 230-240.
C'est un personnage très controversé. D'une part, il lutte activement contre les cultes païens et est considéré comme le plus grand théologien chrétien de son temps - on lui doit le terme de trinité - d'autre part, il rejoint le mouvement hérétique montaniste à la fin de sa vie.

III. Ses oeuvres

  • Ad Martyres
  • Apologeticum
  • De Testimonio animae
  • Ad Nationes
  • Adversus Judaeos
  • De Oratione
  • De Raptismo
  • De Paenitentia
  • De Spectaculis
  • De Cultu faeminarum I
  • De Idolatria
  • De Cultu faeminarum II
  • De Paenitentia
  • Ad Uxorem I et II
  • De Praescriptione hoereticorum
  • Adversus Marcionem.
On retrouve beaucoup les pensées de Tertullien dans les ovrage de Cyprien même s'il n'est jamais nomément cité. En effet, Cyprien a nourri quotidiennement sa propre réflexion de la lecture de Tertullien.

1 commentaire:

LUC a dit…

Je crois que le titre "De Raptismo" n'est pas correct, il s'agirait plutôt de "De Baptismo".
Merci pour ce blog très utile.